Faut-il arrêter de procrastiner ? 1/2

Faut-il arrêter de procrastiner ?

🎬 Vidéo 1/2 : Faut-il arrêter de procrastiner ?

Voici la 18ème vidéo du défi1 clé du succès par jour pendant 30 jours, pour aider les entrepreneurs

Dans cette vidéo, découvre :

  • Pourquoi tout le monde procrastine ⏰
  • Quelles sont les formes de procrastination ⏳
  • Faut-il arrêter de procrastiner ? 🤔

Voici la transcription texte de la vidéo :

Introduction

Bonjour les Activ’Acteurs et bienvenue sur Oser et Réussir !

Je suis Marie Josnin et aujourd’hui nous allons parler de la procrastination.

Tout le monde procrastine.

Pourtant la procrastination a mauvaise presse, elle est souvent décriée.

Elle peut être source de culpabilité et de souffrance.

Je te propose 2 vidéos.

Dans cette première vidéo, nous allons voir :

  • Pourquoi tout le monde procrastine ?
  • Quelles sont les formes de procrastination ?
  • Faut-il arrêter de procrastiner ?

Et demain, je publierai une deuxième vidéo sur les solutions pour éviter les écueils de la procrastination.

📙 Extrait de la description du livre suggéré :
“Nous sommes tous des procrastinateurs ! Que ce soit pour prendre rendez-vous chez le médecin, pour payer les impôts ou pour boucler un gros dossier, nous remettons souvent à plus tard des échéances importantes… Mais quand cela devient un mode de vie, il est temps d’agir ! Diane Ballonad Rolland propose un programme en 21 jours pour apprendre à dégager l’essentiel de l’accessoire et à mieux gérer nos priorités sans les remettre au lendemain. Alors, plus question de vous laisser submerger. Vous reprenez le dessus et vous y voyez plus clair ! Désencombrée, votre vie vous semble plus légère !”
Pour commander le livre, je t’invite à cliquer sur l’image ⬇️

Pourquoi tu procrastines ?

La vie, c’est un peu comme un itinéraire.

Tu as un point de départ et une ligne d’arrivée.

Logiquement tu sais que la route la plus raisonnable c’est l’autoroute qui va directement de ton point A vers ton point B.

Cette autoroute, c’est le chemin le plus rapide et sûr pour arriver à destination, mais elle est monotone et en fait tu n’as pas vraiment envie de la prendre.

Et contre toute logique, tu prends la première sortie pour explorer les petites routes communales, et les sentiers que tu n’as encore jamais explorés.

Pourquoi ?

En fait, ton cerveau est équipé d’un formidable GPS qui détecte 2 critères : le plaisir et la douleur.

Quand tu dois faire quelque chose, ton cerveau s’organise pour te faire éviter la douleur ou l’ennui.

Il va te faire prendre ce qu’il estime être le meilleur itinéraire, celui que tu as envie de prendre !

Et pour arriver à ses fins, il utilise tout un tas de stratagèmes pour te fait croire que la route la plus directe va être difficile (alerte, danger, risque d’éboulement…) et que les chemins de traverse sont carrément plus sympathiques.

Ceci pour illustrer que, dans la vie :

Soit ce que tu dois faire est aussi ce que tu as envie de faire. Cela te paraît agréable et en général ce n’est pas là que tu vas procrastiner, tu t’y mets sans problème.

Soit ce que tu dois faire n’est pas ce que tu as envie de faire, et cela te demande un effort. Et ça, pour ton cerveau, c’est quelque chose d’absolument horrible que tu dois à tout prix éviter !

C’est pourquoi il déclenche LE réflexe “spécial survie” en situation d’urgence : “fuyons ! “.

Tu deviens alors un génie des méthodes d’évitement.

Autrement dit, tu te découvres soudain un intérêt pour des trucs que tu ignorais jusque-là, tout simplement parce qu’ils t’éloignent de ton sujet.

Pourquoi tu procrastines
L’itinéraire de la procrastination

Comment ça se passe ?

Il se passe que, quand je procrastine, au début, je suis plutôt dans cet état : “OK ça va aller !” 😎 et plus le temps passe plus je bascule dans un état comme ça “non mais là j’assure pas du tout !” 🤨 et quand j’arrive la veille de l’échéance, en général je suis comme ça : “panique à bord !” 😨

Quand tu procrastines, ce n’est pas que tu n’arrives pas à agir, au contraire, tu vas faire plein d’autres choses qui t’éloignent de ce que tu dois faire.

Alors non, tu n’es pas fainéant ni un incapable !

Tu procrastines parce que tu ressens un décalage entre ce que tu dois faire et ce que tu as envie de faire.

Le pire, c’est que ce n’est pas que tu ne sais pas comment faire, parce que la plupart du temps tu sais exactement ce que tu dois faire.

C’est que tu as comme une force invisible qui t’empêche de le faire. Même les choses qui sont importantes pour toi, comme finir une thèse ou préparer une réunion.

Tu le sais, mais tu n’arrives pas à t’y mettre.

Tu culpabilises, tu ne te sens pas à la hauteur.

Et plus tu procrastines, plus tu te sens incapable.

Ce qui finit par te faire réagir en général c’est le stress de la situation d’urgence.

C’est au pied du mur que tu ne te donnes plus le choix.

Tu court-circuites les chemins parallèles et tu prends l’autoroute direct !

Et là tu te donnes à fond pour affronter le monstre que tu as laissé de côté trop longtemps !

Pourquoi cette soudaine impulsion au pied du mur ?

A mon sens l’action est fortement corrélée à la notion de stress.

Au départ, l’échéance paraît atteignable, réaliste. Elle n’a pas de caractère d’urgence, donc tu ne ressens pas de stress.

Mais ensuite, elle entre dans ta “zone rouge” des priorités.

Par exemple, tu dois rendre ton dossier dans 2 jours et tu comprends d’un seul coup que si tu ne mets pas un bon coup de collier ta situation sera pire.

Le stress monte et la douleur de ne pas agir est plus forte que la fausse tranquillité qui était jusque-là procurée par l’évitement

C’est tout le paradoxe :

Le procrastineur ne fait pas ce qu’il doit faire pour éviter la douleur et il finit par le faire quand même pour éviter le pire du fait de son inaction.

Il s’inflige alors une charge plus difficile que celle qu’il a fuie au début.

Pour t’aider à arrêter de procrastiner, découvre cet article : Comment rester motivé ?

Alors, quelles sont les formes de procrastination ?

La procrastination n’est pas toujours évidente à déceler parce qu’elle se cache parfois derrière de bonnes intentions.

Repousser l’échéance

Une première façon de procrastiner, c’est de repousser sans cesse l’échéance.

Tu n’as tout simplement pas envie de t’y mettre et tu espères que demain sera plus facile. Pas d’inquiétude, on le vit tous !

En fait “demain” est la journée la plus chargée de l’agenda ! 😂

On sait que ce n’est pas réaliste et on finit parfois par s’atteler à ce qu’on a repoussé tant de fois.

La difficulté, c’est quand cette stratégie de fuite est un symptôme de stress qui peut devenir chronique.

Le risque est que ce stress s’auto-alimente.

Plus tu procrastines, plus tu génères du stress.

Il y a plusieurs façons d’y répondre, je l’aborde dans ma trilogie d’articles sur le stress qui complète ces 2 articles pour arrêter de procrastiner.

Mais pour certains, face à un stress chronique, la seule réponse possible est le blocage, de peur qu’une action inappropriée vienne compliquer les choses.

Pour d’autres, ce sera une réaction de fuite, pour éviter les situations inconfortables, et “échapper” à un danger potentiel.

Ce sont des réactions instinctives qui, dans les cas extrêmes, peuvent lourdement pénaliser ta vie et qui doivent être prises en charge.

L’indécision

Une autre façon de procrastiner, c’est l’indécision.

Tu ne sais pas quelle option choisir ou tu as besoin de te renseigner à fond sur un sujet pour prendre une décision.

Les conditions ne sont jamais assez parfaites pour toi, “ce n’est pas le bon moment” ou il te manque encore des compétences…

Du coup, rien ne bouge, tu te déçois toi-même.

Tu ne te sens pas à la hauteur et tu as peur de l’échec.

Finalement, tu manques de confiance en toi.

Les lecteurs de cet article ont également lu : Comment mieux gérer ton temps et rester zen

La procrastination intelligente

C’est une forme de procrastination plus subtile qui nous concerne tous !

Tu as l’impression d’avancer dans tes projets mais en réalité tu te concentres davantage sur des tâches qui n’apportent pas une grande valeur ajoutée.

Par exemple, tu pars chercher des infos sur les réseaux sociaux, tu “googleises” une question pendant des heures pour comparer toutes les réponses, ou alors tu enchaînes les formations parce que tu estimes que tu ne maîtrises pas assez ton sujet.

Moi qui travaille sur le web, mon ordi est une vraie table de mixage avec les mails, les réseaux sociaux, les sites d’informations, WordPress etc !

En soi, je peux te dire que grâce à cette procrastination j’apprends beaucoup de choses !

Je ne culpabilise pas de procrastiner car elle me permet d’augmenter mes connaissances et mes compétences.

Mais lorsque je m’aperçois que je ne suis pas vraiment focus sur mon objectif, que je me disperse et donc que je suis moins efficace, c’est là que je dois agir pour me recentrer.

Et c’est cela qu’il faut que tu repères, c’est quand la procrastination intelligente t’éloigne de ton objectif.

En résumé : faut-il arrêter de procrastiner ?

Pour finir, je pense qu’il est urgent de se réconcilier avec la procrastination.

Que ce soit une procrastination par l’inaction, par l’indécision ou par la procrastination intelligente, c’est un excellent indicateur pour exprimer comment tu vis la situation, en pointant le décalage entre ce que tu DOIS faire et ce que tu VEUX faire.

La difficulté intervient lorsque la procrastination génère trop de stress et te met en risque par rapport à tes objectifs et l’estime que tu as de toi-même.

Voilà pour cette première vidéo sur la procrastination.

Nous verrons demain comment éviter les biais de la procrastination et tu pourras alors être un procrastineur serein et sans culpabilité !

Si tu as apprécié laisse-moi un commentaire, n’hésite pas à partager, tu peux cliquer sur le pouce 👍 abonne-toi et clique aussi sur la petite cloche 🔔 pour rester informé des prochaines vidéos !

Je te dis à demain pour la deuxième partie pour “arrêter de procrastiner” et on se retrouve sur le blog ! 🚀

Bye !

Marie Josnin - Oser et Réussir

📙 Lecture suggérée
☞ Pour commander le livre, clique sur l’image ⬇️

Si tu as aimé cet article, partage-le ! :)

Partage ici ton commentaire