Déstresse ! Comment gérer son stress (1/3)

Dé-stresse ! Comment gérer son stress

Avec la série de 3 articles Déstresse ! Comment gérer son stress découvre les mécanismes du stress et quelles actions tu peux mettre en place dès maintenant pour mieux gérer ton stress !

Aujourd’hui, dans ce premier article, nous abordons :
☞ Qu’est-ce que le stress ?
☞ Quelles sont les causes du stress ?

🎧 Clique ici pour écouter le podcast de l’article 🙂

Qui n’a pas entendu que le stress est “le mal du siècle”, “la première cause de décès” ou “le cancer de l’esprit” ? Quoi qu’il en soit, ces expressions révèlent l’ampleur de cette réalité que nous vivons tous sans exception. Pour utiliser le stress comme une énergie positive, nous devons comprendre le stress et apprendre à mieux le gérer.

Au quotidien, l’accélération des rythmes de vie t’impose de t’adapter en permanence. Tu t’aperçois qu’il faut aller plus vite pour en faire plus, ta vie est rythmée par les sollicitations multiples, les échéances, les pressions quotidiennes liées au mode de vie, concilier ton organisation vie pro/vie perso, gérer ton temps et tant d’autres défis !

Cela pourrait ressembler un peu à ça :

Pression du rythme de vie qui s'accélère
Pression du rythme de vie qui s’accélère

Pas étonnant que tous ces stimuli finissent par générer du stress ! Toutefois, tu dois apprendre à identifier et gérer ton stress avant qu’il crée des dommages irréversibles.

Ainsi comment fonctionne le stress et comment tu peux agir ?

Qu’est-ce que le stress ?

Quand est apparu le stress ?

Un médecin canadien d’origine autrichienne, Hans Selye, identifie autour de 1925 le mécanisme de réaction physiologique et psychologique que met en oeuvre une personne pour s’adapter à toutes sollicitations : il définit ainsi le “syndrome général d’adaptation“.

Selon lui, le corps émet une réponse à toute demande qui lui est faite. Plus tard, Hans Selye définit le stress comme une tension, il identifie le bon stress « eustress » comme réponse positive à un événement heureux ou stimulant et le mauvais stress « distress » en réaction à un événement inquiétant, dangereux, contraignant…

Concrètement, cette réponse peut se manifester par le célèbre « fight or flight response » élaboré par le biologiste américain Walter Bradford Cannon qui consiste à affronter la situation ou la fuir. Ensuite, le biologiste français Henri Laborit ajoutera « l’inhibition de l’action », qui se caractérise par une « paralysie situationnelle » lorsqu’on ne parvient ni à dominer, ni à fuir la situation.

Le stress, une réaction vitale

Depuis les premiers temps, le stress avait pour objectif la survie : protéger son territoire, chasser sans se faire attaquer, se battre, fuir ou se réfugier pour échapper à un danger… Un point important est que le stress était alors physiquement évacué.

Le stress vient du latin stringere qui signifie «rendre raide», «serrer», «presser»

Le stress est une réaction normale du corps face à un changement, quel qu’il soit. Il a pour objectif de te faire réagir pour t’adapter. Le stress est donc avant tout une réaction positive qui permet l’adaptation et la survie de l’individu et de l’espèce humaine dans un environnement qui change continuellement.

Comment se déclenche le stress ?

  • En général, tu as un élément déclencheur : le stimulus. Selon la nature de l’événement, le stimulus est léger (être en retard à un rendez-vous, se retrouver coincé dans un embouteillage) ou important (annonce d’un décès).
  • Le contexte joue aussi un rôle, selon que l’événement est attendu (participation à une compétition) ou soudain (accident).
  • Ensuite ton organisme répond au stimulus : ton cerveau met en place un mécanisme de réponse avec une montée d’adrénaline plus ou moins importante.
  • Enfin il y a ton attitude face à la situation de stress : fuite, action ou inhibition.
Différentes réponses au stimulus : fuite, action ou inhibition
Différentes réponses au stimulus : fuite, action ou inhibition

Hans Selye définit 3 phases dans le déclenchement du stress:

1. La phase d’alarme

C’est la première phase du processus, assez rapide. Le système nerveux produit de l’adrénaline qui accélère le rythme cardiaque. Le débit sanguin et le taux d’insuline augmentent pour favoriser l’alimentation des muscles notamment en glucose. La respiration augmente pour apporter l’oxygène nécessaire. Le foie libère le sucre qu’il a stocké. Le cerveau est en alerte.

Symptômes : accélération du rythme cardiaque et de la respiration, augmentation de la pression artérielle, gorge nouée, sudation…

2. La phase de réaction

Cette seconde phase s’appelle aussi phase de résistance ou d’adaptation. Elle dure plus longtemps selon l’importance de la situation vécue. Tu as le choix entre lutter contre le stress ou le subir. Physiologiquement, l’organisme tente de lutter contre la tension, utilise ses réserves d’énergie pour retrouver un équilibre. Cependant, lorsque tu ne parviens pas à apporter une réponse appropriée, tu entres dans une phase d’inhibition de l’action. Ton corps sécrète des endorphines (antidouleurs naturels), du cortisol (anti-inflammatoire). Si la situation se répète sans que tu puisses apporter de réponse favorable, tu risques de générer un stress chronique, avec ses conséquences comme l’augmentation du cholestérol, des hormones thyroïdiennes, une baisse de la libido…

Symptômes : maux de tête, troubles digestifs, fatigue, anxiété, troubles du sommeil…

3. La phase d’épuisement

C’est la « goutte d’eau qui fait déborder le vase » car tu atteins les limites de tes capacités de résistance. De ce fait, tu n’as plus l’énergie ni les ressources pour gérer ton stress. Tes batteries sont vides et tu finis par craquer. Également, tu ne contrôles plus tes émotions, tu peux sur-réagir : crises de colère, larmes, crises d’angoisse… De manière chronique, cet état peut déclencher alors dépression et maladies psychosomatiques.

Risques encourus : problèmes digestifs (ulcères), perte de confiance en soi, sentiment de vide, mal-être, perte de sens, isolement, difficultés de concentration, troubles de la mémoire, maladies psychosomatiques, crises d’angoisse ou de panique, dépression, burn-out.

3 phases du stress : alarme, réaction, épuisement
Après l’alarme et la réaction, l’épuisement

Par ailleurs, il est intéressant de voir que tous les déclencheurs, événements heureux ou malheureux, provoquent la même réaction biologique et l’organisme y répond avec les mêmes manifestations physiques.

Les causes du stress

Les “stresseurs”, comme on nomme ainsi les facteurs qui causent le stress, sont multiples. Certaines causes sont générales, partagées par la plupart. D’autres sont personnelles, elles dépendent notamment de ton mode de vie, de ta situation et de ton environnement.

Le mode de vie source de stress

Notre mode de vie crée en permanence de nouvelles sources de stress : rythme de vie, environnement (bruit, pollution, sédentarité), vie ultra-connectée, conditions professionnelles, chômage, pression économique, difficultés relationnelles, personnelles, familiales, pression sociale…

Toi aussi tu te stresses !

Tu es aussi parfois toi-même ton propre bourreau : ton rythme soutenu, le manque de temps que tu prends pour toi, le fait que tu n’oses pas dire “non” aux multiples sollicitations, ce qui surcharge ton agenda et te rajoute une charge mentale…

Tu dois en permanence t’adapter à des changements, ce qui puise dans tes réserves d’énergie que tu peines à remplir.

Tu es aussi toi-même la source de stress !
Tu es aussi toi-même une source de stress !

La procrastination alimente le stress

C’est lorsque tu remets à plus tard ce que tu dois faire : « ça peut attendre », « je n’en ai vraiment pas envie là », « on verra demain », « parti comme c’est, un de plus un de moins… ». Tu ne passes pas à l’action mais la tâche reste à réaliser. La procrastination ralentit l’action et cet immobilisme est aussi une source de stress.

Pour aller plus loin découvre : Comment mieux gérer ton temps et rester zen

La peur est anxiogène

Le stress est aussi généré par la peur. De l’enfant à l’adulte, la peur peut être liée à une phobie, à l’idée de re-vivre une situation traumatisante, à la crainte que quelque chose de désagréable, grave, inquiétant, angoissant… arrive.

Précisons que la peur que quelque chose arrive est souvent associée à des croyances et des pensées limitantes. La plupart de nos peurs ne se réalisent jamais ! (télécharge ci-dessous mon bonus “Comment vaincre tes peurs pour agir ?” pour en savoir plus).

Quoi qu’il en soit, la peur crée et entretient le stress.

Le stress professionnel : la spirale de la pression

L’environnement professionnel est souvent une importante source de stress, par les contraintes et les pressions qu’il impose concernant :

La fonction : charge de travail, pression, rendement, exigence qualitative, risques liés à la fonction (intervention chirurgicale délicate, poste à risque).

L’organisation : contradictions sur les exigences résultats/qualité, rythme de sommeil (2×8 ou 3×8), manque de visibilité sur les attentes de la hiérarchie : qu’attend-on concrètement de moi ? comment dois-je m’y prendre ? quels sont les critères d’évaluation ?

Les relations de travail : manque de soutien et de cohésion d’équipe, fort esprit de compétition, management autoritaire ou absent, pas de reconnaissance.

L’environnement de travail : les conditions de chaleur, de froid, de bruit, le manque d’ergonomie de l’espace de travail, open-space mal isolé.

Le contexte économique de l’entreprise : situation économique précaire, concurrence très forte.

Et le “bon stress” ?

N’oublions pas que le stress est nécessaire parce qu’il te permet d’avancer. Le stress positif t’aide à mieux te concentrer, à prendre conscience de la situation et de mieux te préparer.

Ce stress est aussi un stimulant pour maintenir ta motivation lorsqu’il y a des enjeux : participer à une compétition, faire ta demande en mariage, préparer un concours ou un examen, assurer ta prochaine prise de parole, passer un entretien d’embauche, annoncer d’heureuses ou tristes nouvelles…

Les lecteurs de cet article ont également lu : Réussir sa vie avec “zéro regret”

En conclusion : détecte tes sources de stress pour déstresser

Le stress fait partie intégrante de la vie, tel un moteur qui fait avancer. Cependant, nos modes de vie génèrent de (trop) nombreuses sources de stress qui sur-sollicitent nos organismes et notre mental. Nous luttons pour nous adapter, mais il faut avant tout rester vigilant et apprendre à se connaître pour éviter la phase d’épuisement.

Découvre la suite de cette série de 3 articles Déstresse ! Comment gérer son stress avec le deuxième article qui aborde :
☞ Qui est touché par le stress ?
☞ Les symptômes du stress
☞ Les conséquences du stress
A venir, le troisième article t’apportera des solutions concrètes pour vaincre le stress, vivre plus serein et heureux !

Partage en commentaire : quelles sont tes principales difficultés face au stress ?

🎧 Pour écouter le podcast de l’article, c’est ici 🙂

Pssst ! … C’est mon premier podcast, j’espère qu’il te plaira 😉

Si tu as aimé cet article, partage-le ! :)
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  

One thought on “Déstresse ! Comment gérer son stress (1/3)

Partage ici ton commentaire