Tes émotions et besoins : comment réagir ?

Tes émotions : ça passe ou ça craque ?

Dans cet article, tu découvriras quels sont les besoins exprimés derrière les 6 émotions primaires et comment tu peux réagir pour favoriser ton bien-être.

Quand les émotions débordent…

Est-ce que tu t’es déjà senti dépassé par tes émotions ?

Est-ce que tu as déjà sur-réagi à une situation, à tel point que tu aurais regretté ensuite ta réaction ?

Bien sûr, cela nous arrive à tous et cela montre à quel point c’est difficile de bien gérer nos émotions qui nous envahissent malgré nous.

Aujourd’hui je vais te dire pourquoi tu ressens ces émotions, quel est le besoin qui s’exprime derrière chacune d’elles et comment tu peux réagir pour te sentir le mieux possible.

L’émotion est un signal

D’abord, ton émotion, c’est une réaction naturelle. C’est une stimulation affective face à un événement qui t’arrive.

Elle agit comme une alarme pour te faire réagir. Et elle arrive sans prévenir ! Face à un stimuli extérieur, l’émotion te pousse à agir pour t’adapter à la situation.

Je t’ai déjà parlé dans ma publication précédente des 6 émotions fondamentales identifiées par le psychologue américain Paul Ekman, qui sont :

  • la peur
  • la joie
  • la colère
  • la tristesse
  • le dégoût
  • la surprise
emojis qui représentent les émotions de joie et de tristesse

Parfois, en fonction des études, le mépris est aussi ajouté à cette liste.

Alors pourquoi on ressent ces émotions ? Quel est le besoin derrière chacune d’elles ? Et comment peut-on réagir ?

Les 6 émotions primaires

Tes émotions et besoins ont toujours un sens.

Voici une introduction sommaire sur les différentes émotions principales, c’est un sujet très vaste que je vais approfondir lors des prochaines publications 😉

Émotions et besoins : la tristesse

Tout d’abord, parlons de la tristesse.

La tristesse permet de faire le deuil, lors de la perte de quelque chose qui nous tient à coeur par exemple. dans toutes les circonstances de la vie, chacun est amené à ressentir l’émotion de tristesse.

Qu’est-ce qui se passe avec la tristesse ?

On peut imaginer que dès les origines, la tristesse suscitait la compassion des pairs.

À sa façon, c’est un élément d’intégration dans un groupe, car elle va impliquer une réaction de la part des autres pour consoler. La tristesse participe ainsi à créer un sentiment d’appartenance à un groupe, avec le besoin d’être reconnu.

Comment réagir ?

La réaction adaptée serait non pas de chercher à diminuer ou nier cette tristesse, mais de l’écouter et de l’accueillir. C’est le moment aussi de te mettre dans les conditions de prendre soin de toi.

Émotions et besoins : la colère

La colère, c’est une énergie !

D’ailleurs tu le ressens comme cette énergie est parfois incontrôlée, comme une pulsion.

La colère crée une énergie qui a pour objectif de faire réagir, de se mettre en mouvement. Parfois, la situation paraît tellement inacceptable ou insurmontable que l’énergie de la colère va donner les ressources physiques et mentales pour franchir la situation qui pose difficulté.

Cela peut être la colère d’un salarié qui se sent victime d’une injustice, ou la colère que tu ressens face à l’arrogance, l’irrespect, le mensonge, la trahison par exemple.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la colère est souvent liée à notre propre échelle des valeurs. Une situation qui nous met en colère heurte notre schéma, notre vision du monde.

La colère exprime le fait que tu ne te sens pas respecté, pas entendu et que tu as besoin de te sentir reconnu avec l’ensemble de tes valeurs.

Comment réagir ?

Quand tu es pris de colère, en général la meilleure chose à faire c’est d’attendre avant de réagir.

Ce temps te permet de prendre conscience de ce qui te touche dans la situation et ce qui heurte tes valeurs. Pour faire retomber la colère, il peut être bon de comprendre pourquoi tu ressens cette colère et ce qu’elle vient toucher chez toi.

Souvent, ce n’est pas nécessairement l’intention de la personne en face de toi de te heurter. Elle a aussi son propre cadre de vision !

Avoir cela en tête permet de prendre du recul par rapport à la situation et à la percevoir différemment.

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :  Résultats du carnaval : C'est quoi réussir pour toi ?

La plupart du temps tu t’apercevras que tu n’es pas mis en question personnellement. Souvent, le différent est plutôt lié au décalage de perception de la situation.

Lorsqu’on échange sur une situation conflictuelle, on peut s’apercevoir que chacun a sa propre vision de la situation mais qu’aucun n’a la volonté de nuire à l’autre personne.

Seule une prise de recul te permettra de clarifier ta propre vision, tes perceptions et de comprendre aussi le fonctionnement et la vision des autres.

Émotions et besoins : la peur

La peur, c’est au départ un réflexe de survie face à un danger ou dans un environnement hostile.

On comprend donc qu’elle exprime surtout un besoin de sécurité, d’être protégé.

Comment réagir ?

Pour réagir, il est sans doute nécessaire d’évaluer la situation, de te protéger ou de demander de l’aide, ce qui suppose d’abord d’être conscient et d’accepter tes propres limites.

Émotions et besoins : la joie

À la différence des émotions précédentes, la joie est une émotion qui traduit ton bien-être.

La caractéristique de la joie c’est qu’elle a besoin d’être partagée.

Lorsque tu passes un bon moment avec des amis ou ta famille, ou écouter de la musique, sortir, tu as envie de le partager. La joie a quelque chose de contagieux.

C’est par exemple ta meilleure amie ou ta sœur qui a vécu un moment génialissime et qui t’en parle pendant des heures pour faire comme si tu y étais ! Il y a cette envie de gommer la distance, ce qui montre à quel point elle a envie de partager ce moment de bonheur avec toi.

C’est pour ça que la joie est un facteur d’intégration, un moteur pour agir et pour partager avec les autres.

Comment réagir ?

La meilleure chose à faire, et bien c’est de la faire durer ou de la renouveler en recréant les conditions pour ressentir davantage cette joie.

Émotions et besoins : la surprise

La surprise est une émotion soudaine et de courte durée.

Elle est liée à une situation inattendue, qui peut être positive ou négative, comme quand tu apprends une nouvelle, ou que tu croises ton PDG à la piscine ou que tu découvres que tes enfants ont repeint les murs en ton absence.

L’émotion de surprise est donc très fugace et elle est fondamentalement neutre. Ensuite elle est rapidement suivie par une autre émotion, comme la joie, la tristesse, la colère…

Lorsque tu ressens la surprise, tes sens sont en éveil, ils sont en alerte. Ton attention est accrue pour gérer cette situation inconnue.

Le moment de la surprise est très court et il est neutre. Tu n’as pas encore eu le temps d’assimiler la situation, et ce n’est qu’ensuite que tu vas te sentir triste ou en colère ou joyeux.

Comment réagir ?

Avec la surprise, il y a donc un besoin de te sentir en sécurité et de pouvoir appréhender rapidement l’inconnu ou l’imprévu. Tu as besoin de comprendre ce qu’il en est, de faire une sorte d’état des lieux. Dans ce cas il est nécessaire de t’approprier rapidement la situation.

Émotions et besoins : le dégoût

Parlons maintenant de notre dernière émotion, le dégoût.

Ressentir le dégoût est une situation assez rebutante.

Pourtant il ne faut pas oublier que c’est grâce au dégoût que l’espèce humaine a survécu pendant des millénaires. Le dégoût nous a permis de ne pas nous empoisonner face à des aliments dangereux ou toxiques.

Le dégoût est comme un véritable pare-feu.

Ce n’est peut-être pas fiable à 100% mais le dégoût a joué son rôle dans la survie de l’espèce.

On le constate aujourd’hui encore au niveau de l’alimentation par exemple.

Tu connais peut-être des personnes qui sont dégoûtées par certains aliments et qui découvrent ensuite qu’elles sont allergiques à certaines substances dans ces aliments.

Le dégoût est alors comme un garde-du-corps, un pare-feu pour protéger la personne.

Comment réagir ?

Sans hésitation, la seule chose que le dégoût t’invite à faire, c’est éviter la substance ou la situation.

Alors tu t’isoles et tu t’écartes de ce qui est insoutenable.

Les lecteurs de cet article ont aussi lu : Comment vaincre ses peurs irrationnelles

Nos émotions et besoins sont souvent mal compris

Tu vois bien que toutes ces émotions ne sont pas toujours agréables à vivre.

Pourtant, fondamentalement, elles te veulent du bien ! Elles sont là pour te protéger, pour te faire réagir, pour te prévenir ou t’éloigner d’une situation hostile. Leur finalité c’est de te maintenir le plus possible dans une situation de bien-être.

Souvent, en fonction des cultures et de l’éducation, les émotions sont mal interprétées, mal gérées, négligées voire même réduites au silence.

Nous avons tous un gros travail à faire sur les émotions parce qu’elles jouent un rôle capital dans notre bien-être, à condition de les reconnaître, de les accepter et de les laisser s’exprimer aussi.

N’oublie pas que l’être humain est avant tout un être émotionnel. Vivre coupé de tes émotions amène un déséquilibre qui peut avoir de lourdes conséquences sur ta qualité de vie.

A force de ne pas être écoutée, ton émotion ne va pas diminuer et encore moins disparaître : elle va trouver d’autres moyens, plus radicaux encore, pour se faire reconnaître et que tu l’acceptes.

Tout ça on en reparlera.

Voilà pour les 6 émotions fondamentales.

👍 Si tu aimes cet article, n’hésite pas à partager en cliquant sur les réseaux sociaux 😉

Marie Josnin - Oser et Réussir

👇 Dis-moi dans les commentaires, à ton avis, quelle est l’émotion que tu ressens le plus souvent ?

Si tu as aimé cet article, partage-le ! :)

Partage ici ton commentaire