As-tu une formation pour entreprendre ?

As-tu une formation pour entreprendre ?

L’Éducation Nationale est loin de proposer les outils ou une formation pour entreprendre. Elle laisse Ă  dĂ©sirer quand il s’agit de nous prĂ©parer Ă  devenir des entrepreneurs.

La triste vĂ©ritĂ©, c’est que l’Ă©cole traditionnelle (les lycĂ©es, les universitĂ©s, les Ă©coles) ne nous fournit aucune base pour lancer un projet entrepreneurial.

Certains s’épanouissent dans leurs Ă©tudes, comme moi qui ai trouvĂ© mon cursus scolaire et mes classes prĂ©pa passionnants. Mais nous sortons totalement ignorants de ce qu’implique lancer son entreprise ou rĂ©ussir dans sa vie professionnelle.

Sommaire

Voici 7 Ă©cueils de la formation de l’Ă©ducation nationale pour devenir entrepreneur :

Écueil #1 : L’Ă©ducation nationale n’encourage pas l’apprentissage individuel

L’Ă©cole nous pousse Ă  mĂ©moriser des programmes, plutĂŽt qu’Ă  rechercher activement l’information utile et pertinente.

Mais dans la vraie vie, ce n’est pas comme ça que ça marche. Lancer un projet requiert des compĂ©tences variĂ©es, impossibles Ă  prĂ©voir Ă  l’avance. Il n’y a pas de modĂšle tout prĂȘt.

Par exemple, des pays comme la NorvĂšge, la SuĂšde, la Finlande, le Danemark, l’Estonie, la Nouvelle-ZĂ©lande, explorent de nouvelles façons d’intĂ©grer les compĂ©tences numĂ©riques dans l’éducation et dans les Ă©valuations. Certains de ces pays autorisent l’accĂšs Ă  Internet pendant les examens. Cela reflĂšte la nĂ©cessitĂ© d’Ă©valuer la capacitĂ© des Ă©lĂšves Ă  trouver, analyser et synthĂ©tiser des informations en ligne.

Et aujourd’hui, un entrepreneur est constamment Ă  la recherche de la meilleure information. Sa principale qualitĂ© n’est pas de tout savoir, mais de savoir rapidement trouver la bonne information.

Écueil #2 : La scolaritĂ© ne dĂ©veloppe pas la confiance en soi

Le systĂšme scolaire dans son organisation et son fonctionnement ruine la capacitĂ© des Ă©lĂšves Ă  dĂ©velopper leur confiance en soi. Cela implique les modes d’apprentissage, le systĂšme de notation, le systĂšme d’évaluation des enseignants aussi. Ajoutons Ă©galement le manque de psychologie et de pĂ©dagogie d’une grande partie des enseignants.

Le systĂšme est davantage fait pour comparer, Ă©valuer et sanctionner avec un filtre de compĂ©tences prĂ©dĂ©finies. Or ces compĂ©tences Ă©valuĂ©es ne valorisent pas la personnalitĂ©. Ce systĂšme qu’on appelle pourtant « Éducation » Nationale ne vise pas Ă  valoriser les capacitĂ©s, la crĂ©ativitĂ© et les talents individuels.

Or, un entrepreneur est quelqu’un qui sait s’appuyer sur sa personnalitĂ©, ses forces et ses capacitĂ©s pour rĂ©ussir son projet.

Écueil #3 : À l’Ă©cole, on n’apprend pas Ă  travailler en Ă©quipe

Les travaux de groupe sont de plus en plus frĂ©quents Ă  l’Ă©cole, ce qui est une bonne chose.

Mais les Ă©lĂšves ne sont pas formĂ©s Ă  travailler en Ă©quipe de maniĂšre efficace. On ne leur apprend pas la communication constructive, la prise d’initiative et l’organisation pour rĂ©aliser le travail Ă  plusieurs.

Finalement, le travail de groupe repose sur 1 ou 2 Ă©lĂšves pendant que les Ă©lĂšves passifs attendent les directives.

Or, pour réaliser un projet collectif, il est indispensable de responsabiliser chacun et de valoriser les capacités individuelles.

Écueil #4 : Être entrepreneur, c’est ĂȘtre capable de prendre des dĂ©cisions

On l’a tous vĂ©cu, Ă  l’école, cette fameuse question qui n’a pas de rĂ©ponse absolue :

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ?

Hormis quelques rares Ă©tudiants qui expriment trĂšs tĂŽt leur vocation, c’est une absurditĂ© de demander Ă  des jeunes en pleine construction de personnalitĂ© de faire un choix Ă  l’aveugle. Ils se sentent dĂ©munis face aux multiples mĂ©tiers possibles et ils ne peuvent pas se projeter.

Un entrepreneur qui doit prendre une dĂ©cision stratĂ©gique va consulter des spĂ©cialistes pour se renseigner. Il contacte son rĂ©seau pour avoir des informations pertinentes. Il met en place une stratĂ©gie pour ĂȘtre en mesure de prendre la dĂ©cision la plus Ă©clairĂ©e possible.

Pour prĂ©parer les Ă©lĂšves Ă  cela, il faudrait les accompagner dans leur rĂ©flexion personnelle et professionnelle avec des outils d’aide Ă  la dĂ©cision.

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :  5 Ă©tapes pour trouver ton idĂ©e d'entreprise

Les Ă©lĂšves se sentiraient moins livrĂ©s Ă  eux-mĂȘmes, moins impuissants face Ă  cette impression de sceller leur destin en prenant une dĂ©cision qu’ils ne maĂźtrisent pas.

Écueil #5 : Le culte des meilleurs Ă©lĂšves est un vrai problĂšme dans l’enseignement acadĂ©mique

Imagine qu’on dĂ©crĂšte qu’un bon sportif est une personne qui sait grimper aux arbres et qu’on juge inaptes tous ceux qui n’y arrivent pas.

On oublie les bons nageurs, coureurs et autres sportifs
 Tous ceux-là se sentent nuls parce qu’on estime que savoir nager, courir, pratiquer un autre sport n’entre pas dans les critùres officiels.

Le seul critĂšre qui compte, pour l’ensemble de la population, c’est de savoir grimper aux arbres. Celui qui sait grimper aux arbres sera reconnu comme un bon sportif, il aura un bon dossier, il accĂšdera aux compĂ©titions voire aux JO.

Tous les autres seront déclassés, orientés, les plus aisés prendront des cours particuliers pour apprendre à mieux grimper. Tous se sentiront dévalorisés voire en échec sportif.

C’est ce qui se passe trop souvent dans le systùme scolaire.

Le plus grand problĂšme de notre Ă©ducation est que nous avons intĂ©grĂ© l’idĂ©e qu’il y a des bons et des mauvais Ă©lĂšves Ă  partir de quelques critĂšres sĂ©lectifs : les matiĂšres scolaires.

Alors nous considĂ©rons le niveau d’un Ă©lĂšve dans ces matiĂšres comme si cela reprĂ©sentait sa valeur et son potentiel dans la vie active.

Or l’école est seulement une grille de lecture dans quelques matiĂšres qui n’ont rien Ă  voir avec la vie professionnelle : la gĂ©o, l’histoire, les maths, le français etc
Mais on nous fait croire que ces critĂšres dĂ©finissent quel Ă©lĂšve est douĂ© ou pas, intelligent ou pas, capable ou pas


C’est dramatique !

Plus tard, on retrouve donc des entrepreneurs qui s’Ă©puisent Ă  se comparer aux « meilleurs ». À se sentir coupables de ne pas travailler autant qu’Elon Musk. À se dire que Zuckerberg avait dĂ©jĂ  crĂ©Ă© Facebook Ă  20 ans ou que d’autres entrepreneurs Ă©taient millionnaires Ă  30 ans.

C’est une mentalitĂ© toxique qui ne favorise pas la rĂ©ussite entrepreneuriale.

formation pour entreprendre

Écueil #6 : L’absence d’apprentissage par projet dans la formation

L’Ă©cole ne nous encourage pas Ă  travailler sur des projets concrets. L’enseignement gĂ©nĂ©ral est souvent thĂ©orique, dĂ©connectĂ© de la rĂ©alitĂ©. Cela ne correspond pas du tout aux exigences d’une formation pour entreprendre.

Pourtant, un entrepreneur dĂ©veloppe ses rĂ©sultats en mettant en Ɠuvre des projets pratiques. Il apprend, il teste, il corrige, il AGIT.

Écueil #7 : Entreprendre c’est sortir de sa zone de confort et savoir prendre des risques

L’Ă©cole ne nous pousse pas Ă  sortir de notre zone de confort ni Ă  prendre des risques calculĂ©s pour atteindre un objectif.

Pourtant, l’entrepreneuriat demande souvent de quitter sa zone de sĂ©curitĂ©, d’explorer des nouvelles possibilitĂ©s et d’oser prendre des dĂ©cisions avec dĂ©termination.

En conclusion, ce qu’il faut comprendre, c’est que la rĂ©ussite n’est pas rĂ©servĂ©e Ă  une Ă©lite.

La réussite est réservée à ceux qui adoptent les bonnes stratégies.

À dĂ©faut d’avoir une formation pour entreprendre, les entrepreneurs qui rĂ©ussissent sont ceux qui ont un Ă©tat d’esprit porteur, ambitieux et tournĂ© vers l’action et les rĂ©sultats.

S’ils ne savent pas faire eux-mĂȘmes, ils recherchent les meilleurs conseils. Ils appliquent des mĂ©thodes Ă©prouvĂ©es par d’autres entrepreneurs pour gagner du temps, sans avoir Ă  « rĂ©inventer la roue Â».

La clĂ© de leur rĂ©ussite tient Ă  « qui ils Ă©coutent Â» pour obtenir la bonne information. Alors ils gagnent de la clartĂ©, du temps et de l’argent pour obtenir les rĂ©sultats.

Cela me fait penser Ă  un touriste dans la jungle qui se retrouve perdu, incapable de discerner les bonnes directions des mauvaises. L’absence d’un guide lui coĂ»te cher en temps et en Ă©preuves.

Ma vision Ă  travers Oser et RĂ©ussir est de guider une communautĂ© d’entrepreneurs pour les aider Ă  concrĂ©tiser leur projet avec un processus optimal.

Si tu veux qu’on explore ensemble la rĂ©alisation de ton projet, contacte-moi pour rĂ©server un Ă©change ICI

Et n’oublie pas
 OSE POUR RÉUSSIR !

signature des articles Marie - Oser et réussir

P.S. : si tu ne l’as pas encore fait, tĂ©lĂ©charge mon guide offert pour t’aider Ă  crĂ©er ton entreprise ! 😉

Si tu as aimé cet article, partage-le ! :)

Partage ici ton commentaire